Conséquences de l’épidémie de Pegasus AG

Conséquences de l’épidémie de Pegasus AG

À l'aide du télescope spatial ESA XMM-Newton, les chercheurs ont pu observer l'étoile symbiotique AG Pegasus après la fin de son flash en 2015. Pegasus AG (HD 207757) est un système dual représenté par une géante rouge et un nain blanc. Il est classé comme un nouveau symbiotique en raison d'une flambée lente comme un nouveau. Le premier foyer a été enregistré au milieu du 19e siècle et le dernier en 2015.

AG Pegasus a été observé à plusieurs reprises dans les rayons X. Cependant, la divergence dans les résultats des recherches sur les propriétés des rayons X a montré que des examens supplémentaires sont nécessaires pour déterminer des caractéristiques plus précises. Par conséquent, en novembre 2017, les scientifiques ont utilisé le télescope XMM-Newton pour étudier le nouveau après le dernier éclair.

Conséquences de l’épidémie de Pegasus AG

L'image originale d'AG Pegasus de EPIC-MOS1 (0,2-10 keV) dans la bande d'énergie avec les régions d'extraction spectrale. Le spectre d'origine a été extrait du cercle central et le spectre de fond de l'espace annulaire adjacent. Le signe plus entouré indique l'emplacement optique de Pegasus AG (SIMBAD) Les astronomes rapportent que les observations de XMM-Newton ont fourni des informations de meilleure qualité que les précédentes enquêtes par rayons X effectuées par les télescopes spatiaux Swift et ROSAT. Les nouvelles informations permettaient de mieux limiter les caractéristiques des rayons X de Pegasus AG. Il s'avère que ces rayons ont une origine thermique et que presque tous les calculs de source sont situés à des énergies supérieures à 2,0 keV. Cela signifie que l'étoile est dans un état après l'explosion et appartient à la classe des sources d'étoiles symbiotiques à rayons X bêta.

En outre, les examens n'ont pas révélé de variabilité à court terme des rayons X. Ceci suggère que les rayons X et UV de Pegasus AG proviennent de différentes zones du système binaire et sont soumis à différents mécanismes de formation. On suppose que les rayons X sont causés par des vents stellaires opposés dans un système binaire. Mais il est nécessaire d'effectuer des observations supplémentaires dans d'autres régions spectrales pour confirmer cette théorie.

Commentaires (0)
Recherche