Les scientifiques prennent le contrôle de la météo spatiale

Les scientifiques prennent le contrôle de la météo spatiale

Le 4 décembre 2018, le premier instrument de surveillance de la météorologie spatiale de l'ESA a été lancé sur orbite avec le nouveau satellite géostationnaire sud-coréen GEO-KOMPSAT-2A.

Le satellite de la photo a été mis en orbite à l'aide de la fusée Ariane du cosmodrome de Kourou en Guyane française. Il doit garantir la surveillance météorologique dans la région Asie-Pacifique et fournir des données météorologiques spatiales.

La météo spatiale décrit les conditions en constante évolution dans l'espace dues au comportement imprévisible du soleil actif. L'activité solaire dynamique modifie constamment l'environnement spatial, provoquant des modifications des champs magnétiques et électriques, ainsi que des niveaux de particules et de radiations de haute énergie autour de la Terre. De tels changements peuvent endommager les satellites, perturber les communications et la navigation par satellite et endommager les infrastructures les plus importantes sur Terre, par exemple les réseaux électriques. Le satellite coréen équipé du dispositif SOSMAG est entré en orbite. Il possède quatre minuscules capteurs qui mesurent le champ magnétique terrestre et fournissent des informations sur les effets de la météo spatiale sur l’appareil.

Le kit SOSMAG est conçu pour une installation sur divers engins spatiaux dans un ensemble d’orbites. Ensemble, ils fourniront une image plus complète de l’environnement météorologique de la Terre. Ces charges utiles augmentent l'efficacité de la recherche sur la météorologie spatiale et réduisent les coûts. En conséquence, les scientifiques obtiennent des données critiques via un réseau de services météorologiques spatiaux.

Commentaires (0)
Recherche