Les tempêtes de poussière sont associées à des fuites de gaz de l'atmosphère martienne

Les tempêtes de poussière sont associées à des fuites de gaz de l'atmosphère martienne

Certains experts de Mars se réjouissent de l’arrivée d’une tempête de poussière cette année. Il doit être si énorme qu'il couvrira toute la planète. Ce phénomène peut être envisagé à l'aide d'un engin spatial situé sur Mars.

Dans une nouvelle étude, les scientifiques ont réexaminé les observations de l'appareil orbital MRO lors du dernier événement de tempête de poussière en 2007 sur Mars. On pense que ces tempêtes jouent un rôle important dans le processus d'élimination des gaz des hauts niveaux de l'atmosphère, à cause desquels l'ancienne planète humide s'est transformée en désert.

Il s'est avéré que dans la couche atmosphérique moyenne, il y a une augmentation de la quantité de vapeur d'eau due aux tempêtes de poussière. La vapeur d'eau monte avec la même masse d'air que la poussière. Le lien entre la présence de vapeur d'eau dans l'atmosphère martienne moyenne (50-100 km) et les fuites d'hydrogène a été découvert par le télescope spatial Hubble et Mars Express. En 2014, la mission MAVEN est arrivée sur Mars pour étudier en détail le processus d'évacuation des gaz de l'atmosphère.

Les chercheurs espèrent que la tempête de 2018 dépassera toutes les précédentes et couvrira la planète. Cependant, tous les scientifiques ne partagent pas cette position. Ils vous rappellent que des outils et des véhicules sont sur Mars et qu’une tempête mondiale peut perturber leur travail.

Les observations de Mars sur dix ans ont permis de dresser un tableau de nombreuses tempêtes de poussière régionales apparaissant au cours de la période nord-est du printemps et de l'été. Au moment de l’été martien, toutes les tempêtes régionales se dissipent et aucune d’entre elles ne tombe dans la tempête mondiale. Cependant, cette «règle» a été violée en 1977, 1982, 1994, 2001 et 2007. La prochaine saison des poussières devrait débuter cet été et se poursuivre jusqu'au début de 2019. Le MRO dispose d’un sondeur climatique Mars qui peut analyser l’atmosphère afin de détecter la poussière et les particules de glace, et détermine également indirectement la concentration de vapeur d’eau. Les données de l’échosondeur montrent une légère augmentation de la vapeur d’eau dans l’atmosphère moyenne pendant la période des tempêtes de poussière et un net saut en altitude atteint par la vapeur d’eau lors de la tempête mondiale de 2007.

Avant l’arrivée de MAVEN, les chercheurs pensaient que la perte d’hydrogène était constante et que les changements étaient dus aux changements du flux de vent solaire. Mais d'autres informations ne correspondaient pas au modèle habituel. Il s'est avéré qu'il y a un lien non pas avec l'activité solaire, mais avec le caractère saisonnier de la planète.

Les observations futures aideront à mieux comprendre cette relation et à comprendre ce que serait le climat si la planète devenait beaucoup plus venteuse. Personne ne peut encore dire s'il y a eu beaucoup plus de tempêtes de poussière auparavant, ou si c'est leur influence qui a provoqué la sortie de gaz de l'atmosphère. L'événement de cette année peut donc répondre à de nombreuses questions.

Commentaires (0)
Articles populaires
Recherche