“Man on the Moon”: une critique du film sur la plus grande percée cosmique

“Man on the Moon”: une critique du film sur la plus grande percée cosmique

Ryan Gosling fait un petit pas pour l’homme et un grand saut pour toute l’humanité dans le nouveau film de Damien Chazelle «Man on the Moon» (2018) sur la mission Apollo 11 de la NASA en 1969, qui a tourné l’histoire en amenant les premiers astronautes à la surface de la Lune après. succession d'essais et d'erreurs. La photo mérite le respect non seulement pour le transfert des détails techniques et celui du spectateur dans les réalités cosmiques, mais aussi pour le contenu émotionnel.

À présent, il sera intéressant de regarder la réaction du public moderne face à la retenue du film. Shazell a essayé de maintenir un équilibre entre le moment le plus important de l'histoire et l'attitude des héros qui ont dû écrire cette histoire. Il est intéressant de noter que le directeur n’a pas tenté d’appuyer sur le patriotisme américain et a tenté de tempérer la ferveur nationaliste en faisant connaître l’histoire de la mission et de ses participants.

L’atterrissage sur la lune d’Armstrong et de Buzz Aldrin a été un moment formidable pour justifier la promesse du programme spatial élargi de John F. Kennedy, après les inquiétudes suscitées par la fuite d’argent des contribuables, l’amertume suscitée par la situation au Vietnam et la méfiance croissante à l’égard du gouvernement. Il est intéressant de noter qu'au moment du débarquement, de nombreuses écoles ont interrompu les cours et un des commentateurs se souvient: «J'ai fréquenté l'école paroissiale et au lieu d'une leçon, les nonnes ont apporté une télévision en noir et blanc pour regarder le débarquement avec les élèves. Je n'oublierai jamais ce moment d'unité du monde entier! ”. «L'homme sur la lune» commence par un seul vol d'essai du Nil à destination du X-15, lorsqu'il a soulevé 140 000 pieds de la Terre et a dépassé l'atmosphère. Cela a été suivi par la chute, l'épave d'un navire et le sauvetage miraculeux du héros. Le réalisateur a utilisé divers effets pour exprimer la peur, l'admiration et les sentiments du personnage principal lorsqu'il a réussi à briser la barrière.

Cela touche également le fait qu'à l'origine, Neil Armstrong est présenté non pas comme un héros et une légende américains, mais comme une personne humble ordinaire survivant à la mort d'une fille de 3 ans. C'est un simple ingénieur qui s'attaque systématiquement à tous les problèmes. S'il ne comprend pas quelque chose, il réagit par l'isolement et le détachement de sa femme bien-aimée (Claire Foy). Il est également gratifiant que l’actrice ait décidé de s’écarter du cliché d’un personnage féminin avec un soutien affectif et de montrer la femme forte et résolue d’Armstrong.

Dans la première partie, Neil est à la recherche de pilotes pour le programme Gemini de la NASA, déclarant à Janet (son épouse) qu’une nouvelle aventure les attend. Dans le script, nous avons essayé d'utiliser l'argot disponible concernant les termes d'espace, afin que l'histoire soit aussi claire que possible. Il y a aussi de l'humour discret avec des personnages mineurs et la communication de Neil et Edward White avec sa femme.

La tension du film augmente en raison d'échecs et de missions infructueuses. Ces histoires pénètrent dans la presse américaine et les citoyens voient comment l'argent entre dans un trou noir et entraîne les astronautes. Le directeur a bien montré les missions elles-mêmes, combinant non seulement des moments de triomphe, mais aussi des risques pour la vie. Armstrong dans les moments les plus tendus reste cool et décisif. La scène d'un incendie lors d'une épreuve à Cape Canaveral, où trois astronautes sont décédés, procure un drame particulier. Les scènes à la maison semblent également spectaculaires, où Janet essaie de dissuader Neil de se rendre à Apollo 11 ou lorsque Armstrong discute de la possibilité de son retour avec ses fils. Ses propos aux médias semblent impassibles et choisis avec soin, car toute expression inexacte suscitera une tempête de protestation parmi la population.

Gosling a essayé de montrer à un astronaute déterminé qui fait son devoir avec sérieux. Armstrong est silencieux, concentré et ouvert pour discuter de ses actions. Mais il est également déçu par la presse, qui essaie de voir le spectacle dans tout. N'oubliez pas de montrer Gosling et les moments intimes des expériences de l'astronaute lorsqu'il regarde la lune depuis sa propre cour, fait le premier pas ou admire la Terre depuis la surface du satellite.

«Man on the Moon» révèle non seulement la mission elle-même, mais aussi l'atmosphère de cette époque emplie de douleur, de mort, de peur et d'espoir. C’est la période où toute l’humanité s’accroche aux écrans pour pouvoir mettre les pieds à la surface d’un autre monde avec Neil Armstrong. Et la bonne nouvelle, c’est que ce n’était pas un exploit de super-héros, mais un acte d’une personne ordinaire. «Man on the Moon» sera disponible dans les cinémas à partir du 11 octobre 2018.

Commentaires (0)
Articles populaires
Recherche